Faire un don en ligne

Oeuvre de Soutien
BP 12203
45012 Orléans Cedex 01
Nous contacter

Une nécessaire adaptation


« La contagion de la victoire »

Maréchal FochLe maréchal Foch, le grand vainqueur de la Premier Guerre mondiale, a été le parrain de l’Œuvre de Secours, et pendant plusieurs années, il honora de sa présence ses Assemblées générales. Il sut lui communiquer « la contagion de la victoire », et sous son patronage, l’Œuvre continua le programme de la restauration qui avait été entreprise dans le sillon des armées de libération.

Lire la suite : « La contagion de la victoire »

« Quelque chose d’impérieux me pousse à partir. »

soeur GenevièveEnfant rieuse et espiègle, troisième d’une famille nombreuse et pieuse, Marie-Thérèse suivit sa sœur aînée chez les Filles de la Charité, poussée par une force intérieure à laquelle elle ne pouvait ni ne voulait résister. Elle fit son noviciat rue du bac à Paris, où elle reçut le nom de sœur Geneviève. Pendant trente-sept ans elle se dévoua au service des autres.

Lire la suite : « Quelque chose d’impérieux me pousse à partir. »

La banlieue rouge et le Christ des Fortifs

Baraque chapelle des fortifsDans les années d’après-guerre, l’exode rural avait poussé vers les banlieues et les faubourgs des grandes villes des populations très nombreuses. A plusieurs reprises, le Cardinal de Paris avait fait appel à l’Œuvre de Secours : « Si un jour venait, où votre tâche serait achevée, il faudrait qu’elle vécût encore, il faudrait que se poursuivît son action, son dévouement et son zèle à l’égard des églises de la banlieue. » L’Œuvre de Secours entendit cet appel.

Lire la suite : La banlieue rouge et le Christ des Fortifs

Un peu de souplesse

SanatoriumDurant son existence centenaire, l’Œuvre de Secours a montré combien elle se faisait servante de l’Eglise, de ses pierres et de ses ministres, pour la gloire de Dieu et le salut des hommes. En multipliant ses champs d’activités − comme l’assistance aux prêtres malades et le soutien des prêtres dans les banlieues − elle n’a fait que préciser son but originel : mieux aider le culte et les prêtres.

Lire la suite : Un peu de souplesse

« En l’an 2015, célébrer son centenaire intime »

Fernand LaudetFernand Laudet était le vice-président du Conseil de l’Œuvre de Secours et son rapporteur, un rapporteur hors-pair. Lors de l’Assemblée générale, il faisait le compte-rendu des événements et des comptes de l’année écoulée devant une foule nombreuse et ravie par son éloquence et son entrain. Dans le Rapport de 1933, qui fut le dernier − il est mort accidentellement − il avait imaginé que l’Œuvre de Secours fêterait son « centenaire intime ». Membre de l’Institut, serviteur de l’Eglise qui lui a remis la plaque de Commandeur de Saint-Grégoire le grand, l’Œuvre de Secours a gardé de lui un souvenir ému et reconnaissant pour ses services inappréciables.

Lire la suite : « En l’an 2015, célébrer son centenaire intime »