Faire un don en ligne

Oeuvre de Soutien
BP 12203
45012 Orléans Cedex 01
Nous contacter

Participer à l'achat de lectionnaires

 

De nouveaux lectionnaires du dimanche et de la semaine

Nouveau lectionnaireUn lectionnaire est un livre liturgique contenant les lectures prévues pour telles ou telles cérémonies. Pour la messe, on distingue le lectionnaire dominical et le lectionnaire de semaine ; il existe un lectionnaire des célébra­tions pour le baptême, pour le mariage, pour les défunts, etc. (Dictionnaire de Liturgie)

« De nouveaux lectionnaires du dimanche et des jours ordinaires entrent en usage à partir de l’Avent 2014. Progressivement ils remplaceront les livres actuels, pour devenir les seuls utilisés à partir de l’Avent 2015.

Leur publication est évidemment une étape importante de la vie liturgique des diocèses, paroisses et communautés diverses.

Lorsqu’on parle de « nouveaux lectionnaires », il ne s’agit pas d’une nouvelle organisation des lectures, le choix des textes reste le même ; ce qui est nouveau, c’est la traduction. Après la publication de la traduction complète de la Bible liturgique en 2013, voici donc les lectionnaires selon cette nouvelle traduction. Cette traduction reste fidèle au principe de fidélité au texte biblique original, hébreu ou grec, ainsi qu’à celui de l’audibilité du texte à partir de sa proclamation. Dans l’ensemble, on peut dire que cette nouvelle traduction affine la précédente.

 

Ces lectionnaires sont disponibles en librairie dès à présent. L’éditeur Mame propose deux formats du lectionnaire dominical (1056 pages) :

  1. un grand format (20 x 28,5 cm) au prix de 115 euros,
  2. un format plus réduit (17,5 x 24 cm) au prix de 125 euros.

Le lectionnaire de semaine (1578 pages ; 17,5 x 24 cm) est en vente au prix de 125 euros. »

(D’après un communiqué du SNPLS - Service National de Pastorale Liturgique et Sacramentelle)

 

Vous pouvez aider financièrement votre paroisse ou votre communauté à acquérir ces livres liturgiques :



Pourquoi un nouveau lectionnaire ?

LectionnaireLes nouveaux lectionnaires du dimanche et des jours ordinaires entrent en usage à partir de l’avent 2014. Progressivement ils remplaceront les livres actuels, pour devenir les seuls utilisés à partir de l’avent 2015. Précisons d’emblée que lorsqu’on parle de « nouveaux lectionnaires », il ne s’agit pas d’une nouvelle organisation des lectures, le choix des textes reste le même ; ce qui est nouveau, c’est la traduction. Cette traduction a toute une histoire. Au moment de la réforme liturgique, alors qu’il existait déjà plusieurs excellentes traductions françaises de la Bible, les évêques ont fait le choix d’une traduction originale pour la liturgie, traduction qui devait répondre à deux exigences : celle de la fidélité au texte biblique, celle de sa proclamation publique.

Dans un premier temps on a donc traduit les textes bibliques lus dans la liturgie et rassemblés dans le lectionnaire de la messe et des sacrements. Ce lectionnaire est organisé en trois volumes : les lectures pour les dimanches et solennités, les lectures pour les jours de semaines, les lectures pour les fêtes des saints et autres circonstances de la vie de l’église. Ces lectionnaires ont été publiés en 1975. Par la suite, Il est apparu utile de mettre en chantier une traduction complète de la Bible qui réponde aux critères énoncés plus haut. Ceci afin d’avoir un texte unifié, texte commun pour la liturgie, mais aussi pour la catéchèse, pour la prière personnelle, qui puisse s’inscrire durablement dans la mémoire des fidèles.

A partir de 1996, des équipes d’exégètes et « littéraires » ont donc travaillé sur ce chantier qui comportait évidemment une révision de la traduction du lectionnaire de 1976. Une 20aine d’années d’usage de cette traduction permettait d’en apprécier les qualités mais aussi les limites. Après la publication de la traduction complète de la Bible liturgique en 2013, voici donc les lectionnaires selon cette nouvelle traduction.

Cette traduction reste fidèle au principe de fidélité au texte biblique original, hébreu ou grec, ainsi qu’à celui de l’audibilité du texte à partir de sa proclamation. Dans l’ensemble, on peut dire que cette nouvelle traduction affine la précédente.

Un lectionnaire n’est pas une Bible abrégée. En effet, les textes sont choisis et organisés dans un but pastorale et didactique : offrir à la connaissance et à la méditation des fidèles les textes les plus importants de l’Ecriture. Mais ils sont aussi et d’abord choisis pour ce qu’ils révèlent du mystère du Christ que l’église déploie et célèbre tout au long de l’année liturgique dans la diversité de ses aspects. C’est en référence à ce mystère du Christ que l’Ancien et le Nouveau Testament se répondent dans le choix des lectures. Dans la liturgie, l’église lit les Ecritures selon la règle de lecture donnée par le Christ lui-même aux disciples d’Emmaüs : « Partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta dans toute l’Ecriture, ce qui le concernait. » Lc. 24, 27

Père Jacques Rideau, directeur du SNPLS