Faire un don en ligne

Oeuvre de Soutien
BP 12203
45012 Orléans Cedex 01
Nous contacter

Le Temps Pascal

 

Le temps pascal consiste dans les cinquante jours qui s’écoulent entre le dimanche de la Résurrection et celui de la Pentecôte. Outre la présence du cierge pascal, la caractéristique principale du temps pascal consiste dans le chant répété de l’Alléluia, cette acclamation hébraïque qui veut dire « Louez Dieu » et qui retentit dans l’Apocalypse comme le chant de victoire des rachetés.


« La célébration de la Pâque se poursuit pendant le temps pascal. Les cinquante jours à partir du dimanche de la Résurrection jusqu’à celui de la Pentecôte sont célébrés dans la joie et l’exultation, comme si c’était un jour de fête unique, ou mieux ‘un grand dimanche’. C’est surtout en ces jours que l’on chante Alléluia. » (NUAL n° 12)




1. Règles générales pour le La numérotation dans les références concernant la Présentation Générale du Missel Romain (PGMR) est celle de la traduction française non officielle de l’édition définitive (2002). Temps pascal



    • La couleur liturgique pour tout le temps pascal est le blanc, excepté pour la solennité de la Pentecôte, où la couleur liturgique est le rouge.

« La couleur blanche est employée aux Offices et aux Messes du temps pascal »

« Aux jours les plus solennels on peut employer des vêtements sacrés festifs ou particulièrement nobles, même s'ils ne sont pas de la couleur du jour. » PGMR (346)



    • Les dimanches de Pâques, il n'est permis de célébrer aucune autre messe (par exemple, en l’honneur d’un saint…) que celle du dimanche en question :

« Les Messes rituelles sont liées à la célébration de certains Sacrements ou Sacramentaux. Elles sont interdites les dimanches de l'Avent, du Carême et de Pâques, aux solennités, aux jours dans l'octave de Pâques, en la Commémoration de tous les fidèles défunts, le Mercredi des cendres et pendant la Semaine sainte, étant observées, en outre, les règles exposées dans les rituels ou dans ces Messes elles-mêmes. » PGMR (372)



    • Le cierge pascal : A toutes les célébrations solennelles du temps pascal, on allume le cierge pascal.

« Le cierge pascal, qui a sa place soit près de l’ambon, soit près de l’autel, sera allumé au moins à toutes les célébrations un peu solennelles de ce temps, que ce soit la messe, les Laudes ou les Vêpres, jusqu’au dimanche de la Pentecôte. Celui-ci terminé, on gardera le cierge pascal avec honneur au baptistère, et on l’allumera pour la célébration du baptême : c’est à sa flamme que seront allumés les cierges des baptisés. Aux funérailles, on le placera aussi près du cercueil : il marquera que la mort du chrétien est sa propre Pâque.

En dehors du temps pascal, on n’allumera pas le cierge pascal et on ne le gardera pas dans le chœur. » Lettre circulaire sur la Préparation et la Célébration des Fêtes pascales de la Sacrée Congrégation pour le Culte Divin, De festis paschalibus, 16 janvier 1988. (De festis paschalibus n° 99)



    • Les dimanches de Pâques, le rite pénitentiel de la messe peut être remplacé par la bénédiction et l’aspersion d’eau (cf. pp. 1249-1252 au Missel Romain, 2002) :

« Le dimanche, surtout au temps pascal, à la place de l'acte pénitentiel habituel, on peut à l'occasion faire la bénédiction et l'aspersion d'eau en mémoire du baptême. » PGMR (51)


      Pendant l’aspersion, l’assemblée chante une hymne appropriée – traditionnellement au temps pascal :
Vidi aquam
      (« J’ai vu l’eau vive ») – faisant ressortir la signification de l’eau : purification, vie baptismale…


    • Pendant tout le temps pascal, une attention particulière est accordée aux nouveaux baptisés (les « néophytes »), notamment dans la prière universelle aux messes du dimanche.

« Pendant le temps pascal, aux messes du dimanche, on gardera des places réservées aux néophytes, parmi les fidèles (…) Dans l’homélie et, selon le cas, dans la prière des fidèles, on fera mention d’eux ». (De festis paschalibus n° 103)




2. L’octave de Pâques



    • Les huit jours qui suivent la solennité de Pâques constituent l’octave de Pâques :

« Les huit premiers jours du temps pascal constituent l'octave de Pâques et sont célébrés comme solennités du Seigneur. » NUAL (n° 24)



    • A la messe du jour de Pâques, après la deuxième lecture et avant la proclamation de l’Evangile, le missel prévoit de chanter la séquence de Pâques.


    • Le IIème dimanche de Pâques (huit jours après la résurrection) est appelé le dimanche de Quasi modo (« comme des enfants nouveau-nés »). Ce jour-là, les nouveaux baptisés déposent les vêtements blancs et prennent rang dans l’assemblée des frères, non plus comme des « petits enfants », mais en adultes.
      Ce dimanche a été également institué « dimanche de la Divine Miséricorde » en 2000 par le Pape Jean-Paul II.



3. Quarante jours après Pâques : la solennité de l’Ascension



« L'Ascension du Seigneur est célébrée le quarantième jour après Pâques, à moins que, là où elle n'est pas de précepte, elle ne soit reportée au VIIème dimanche de Pâques » NUAL (n° 25)



      L’Ascension du Christ est intimement liée à sa résurrection. L’Eglise célèbre ce jour le mystère de l’accomplissement de la Pâque dans le Corps total du Christ, tête et membres.


      En ce jour, le Christ « a fait entrer notre nature humaine avec sa faiblesse dans la gloire de Dieu » (Canon romain), il est « monté au ciel pour nous rendre participants de sa divinité » (Préface n° 2).


>>> Chants liturgiques


4. De l’Ascension à la Pentecôte



      Au quarantième jour après la résurrection, la fête de l’Ascension du Seigneur n’apporte pas une rupture dans la célébration de la Pâque. Elle dirige les yeux avec une attention accrue vers le ciel et ouvre les cœurs à l’attente de l’Esprit Saint.


« Les féries après l'Ascension, jusqu'au samedi avant la Pentecôte inclusivement, sont une préparation à la venue de l'Esprit-Saint Paraclet. » NUAL (n° 26)



>>> Chants liturgiques


5. Le cinquantième jour après Pâques : la Pentecôte



      Le dimanche de la Pentecôte marque la clôture de la Cinquantaine pascale : c’est le dernier jour de la fête. (Pentecôte, en grec, signifie : cinquante). Mais c’est surtout
le jour de l’effusion de l’Esprit-Saint
      sur les Apôtres et du départ missionnaire de l’Eglise.


« Ce temps sacré des cinquante jours de Pâques est clos par le dimanche de la Pentecôte, où l’on commémore le don de l’Esprit-Saint aux apôtres, les origines de l’Eglise et le commencement de sa mission à toutes les langues, peuples et nations. » (De festis paschalibus n° 107)



    • La couleur des ornements liturgiques pour la solennité de la Pentecôte est le rouge.

« La couleur rouge est employée le dimanche de la Passion et le Vendredi saint, le dimanche de Pentecôte, aux célébrations de la Passion du Seigneur, aux fêtes de la naissance [au Ciel] des Apôtres et des Évangélistes, et aux célébrations des saints Martyrs. » PGMR (346)



    • A la messe de la Pentecôte, après la deuxième lecture et avant la proclamation de l’Evangile, le missel prévoit de chanter la séquence de la Pentecôte.



6. Musique et chants



  • Répertoire des chants : Tous les chants utilisés dans la liturgie sont propres au Temps pascal.
- A partir de la Résurrection du Seigneur, la côte liturgique est la lettre I.
- Pour la solennité de l’Ascension, la côte liturgique est la lettre J.
- Après l’Ascension et jusqu’à la solennité de la Pentecôte inclusivement, temps de préparation à la venue de l’Esprit Saint, la côte liturgique est la lettre K


    • L’antienne mariale caractéristique du temps pascal est le Regina caeli (« Reine du Ciel »).

Regina cœli, laetare, alleluia,
quia quem meruisti portare,
alleluia
Resurrexit, sicut dixit, alleluia,
Ora pro nobis Deum, alleluia.

V. Gaude et laetare,
Virgo Maria, alleluia.
R/ Quia surrexit Dominus vere,
alleluia

Réjouis-toi, Reine du Ciel, alléluia!
Car le Seigneur que tu as mérité de porter,
alléluia!
Est ressuscité comme il l'a dit, alléluia!
Prie Dieu pour nous, alléluia!

V. Sois dans la joie et l’allégresse,
Vierge Marie, alléluia!
R/ Car le Seigneur est vraiment
ressuscité, alléluia!

Oraison :
Dieu, qui par la résurrection de ton Fils, notre Seigneur Jésus-Christ, a donné la joie au monde, accorde-nous, par la Vierge Marie sa Mère, d'entrer en possession de la joie éternelle. Par le Christ Notre Seigneur.
R/ Amen.



    • Pour le rite de la bénédiction et de l’aspersion d’eau (que l’on peut utiliser à la place du rite pénitentiel de la messe), l’hymne chantée traditionnellement au temps pascal est Vidi aquam (« J’ai vu l’eau vive »).


    • A la messe du jour de Pâques , après la deuxième lecture et avant la proclamation de l’Evangile, on chante la Séquence de Pâques :

A la victime pascale
Chrétiens, offrez le sacrifice de louange.

L’agneau a racheté les brebis ;
le Christ innocent a réconcilié
l’homme pécheur avec le Père

La mort et la vie s’affrontèrent
en un duel prodigieux
Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne.

« Dis-nous, Marie Madeleine,
Qu’as-tu vu en chemin ? »

« J’ai vu le sépulcre du Christ vivant,
J’ai vu la gloire du Ressuscité.

J’ai vu les anges ses témoins,
le suaire et les vêtements.

Le Christ, mon espérance, est ressuscité !
Il vous précèdera en Galilée. »

Nous le savons : le Christ
est vraiment ressuscité des morts.

Roi victorieux,
Prends-nous en pitié ! Amen.



    • A la messe du jour de la Pentecôte , après la deuxième lecture et avant la proclamation de l’Evangile, on chante la Séquence de la Pentecôte :

Veni, Sancte Spiritus,
Et emitte caelitus
Lucis Tuae radium.

Veni, Pater pauperum,
Veni, dator munerum,
Veni, lumen cordium.

Consolator optime,
Dulcis hospes animae,
Dulce refrigerium.

In labore requies,
In aestu temperies,
In fletu solatium.

O lux beatissima,
Reple cordis intima
Tuorum fidelium.

Sine Tuo numine,
Nihil est in homine,
Nihil est innoxium.

Lava quod est sordidum,
Riga quod est aridum,
Sana quod est saucium.

Flecte quod est rigidum,
Fove quod est frigidum,
Rege quod est devium.

Da Tuis fidelibus,
In Te confidentibus,
Sacrum septenarium.

Da virtutis meritum
Da salutis exitum,
Da perenne gaudium.

Amen.
Alleluia.

Viens, Esprit Saint, en nos cœurs
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, Père des pauvres,
Viens, dispensateur des dons,
Viens, lumière de nos cœurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos,
Dans la fièvre, la fraîcheur,
Dans les pleurs, le réconfort.

Ô lumière bienheureuse
viens remplir jusqu’à l’intime
le cœur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine,
il n’est rien en aucun homme,
rien qui ne soit pas perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
rends droit ce qui faussé.

A tous ceux qui ont la foi,
et qui en toi se confient,
donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu,
donne le salut final,
donne la joie éternelle.

Amen.
Alleluia.