Faire un don en ligne

Oeuvre de Soutien
BP 12203
45012 Orléans Cedex 01
Nous contacter

L'essentiel pour le dimanche des Rameaux et de la Passion

 

Le dimanche des Rameaux et de la Passion, l’Eglise fait mémoire de ce jour où Jésus entra à Jérusalem, la Ville sainte, pour accomplir son mystère pascal. Aussi la liturgie célèbre-t-elle, dans un contraste saisissant, cette entrée triomphale par la joyeuse procession des rameaux, puis la Passion de Jésus, par sa proclamation solennelle au cours de la messe.

 

L’ouverture de la Semaine Sainte

    • Le dimanche des Rameaux et de la Passion est le dernier dimanche de Carême et ouvre la Semaine Sainte :


« Le VIe dimanche [de Carême], avec lequel commence la Semaine sainte, s'appelle « dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur ». » NUAL (n° 30)
«  La Semaine sainte est destinée à commémorer la Passion du Christ depuis son entrée messianique à Jérusalem.  » NUAL (n° 31)


Couleur liturgique

    • La couleur utilisée pour les ornements liturgiques de ce jour est le rouge, qui est à la fois le signe de la royauté de Jésus et de sa Passion :


« La couleur rouge est employée le dimanche de la Passion et le Vendredi saint, le dimanche de Pentecôte, aux célébrations de la Passion du Seigneur, aux fêtes de la naissance [au Ciel] des Apôtres et des Évangélistes, et aux célébrations des saints Martyrs. » PGMR (346)


Particularité de la messe des Rameaux et de la Passion

Le dimanche des Rameaux unit à la fois le triomphe du Christ Roi et l’annonce de sa Passion, ce qui lui donne un climat caractéristique, tissé de contrastes, que l’on retrouve bien dans les deux parties principales de la célébration du dimanche des Rameaux :

    • Au début de la messe principale, avec affluence de peuple, on commémore cette Entrée du Seigneur par le rite de la bénédiction des rameaux, avec la procession (ou à défaut l’entrée solennelle) :
      (Aux autres messes, on fera une entrée simple.)

« La commémoration de l’entrée du Seigneur à Jérusalem se fait, depuis l’Antiquité, par une procession solennelle : les chrétiens y célèbrent cet événement, en reprenant les acclamations et les gestes des enfants des Hébreux, qui allèrent au devant du Seigneur en chantant Hosanna.

La procession doit être unique et doit toujours avoir lieu avant la messe qui connaît la plus grande affluence de peuple, même si c’est la messe du soir, soit du samedi, soit du dimanche. » PS : « Paschalis Sollemnitatis », Lettre circulaire de la Congrégation pour le Culte divin sur la préparation et la célébration des fêtes pascales. Le texte original latin commence par les mots « Paschalis sollemnitatis ». La traduction française de ce document a été publiée en 1988 dans la Documentation Catholique (n° 1958). PS (n°29)
  • Au cours de la messe, la Passion du Seigneur est proclamée solennellement.


Le rassemblement et la bénédiction des Le déroulement de la bénédiction et la procession des Rameaux indiqué ci-dessous suit les rubriques du Missel romain. Cf. Missel du Dimanche, présenté par Pierre Jounel. Texte liturgique officiel. Rameaux

    • Les fidèles se rassemblent hors de l’église vers laquelle doit se diriger la procession. Ils tiennent en main des palmes ou des rameaux.

      Le prêtre, accompagné des ministres, se rend au lieu du rassemblement.


    • Pour l’ouverture, on chante l’antienne suivante ou un autre chant semblable.

Antienne (Mt 21,9) :
« Hosanna au Fils de David !
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !
Hosanna au plus haut des cieux ! »


    • Le prêtre salue les fidèles avec les paroles suivantes :

Frères bien aimés,
Pendant quarante jours, nous avons préparé nos cœurs par la prière, la pénitence et le partage ; et nous voici rassemblés au début de la semaine sainte pour commencer avec toute l’Eglise la célébration du Mystère pascal. Aujourd’hui, le Christ entre à Jérusalem, la Ville sainte, où il va mourir et ressusciter. Mettons toute notre foi à rappeler maintenant le souvenir de cette entrée triomphale de notre Sauveur ; suivons-le dans sa passion jusqu’à la croix pour avoir part à sa résurrection et à sa vie.


    • Après la monition, le prêtre bénit les rameaux et les fidèles qui les portent, en utilisant l’une des deux formules présentes au Missel.


    • L’évangile proclamé est celui de l’Entrée messianique du Seigneur à Jérusalem (selon l’un des quatre évangélistes), et peut être suivi d’une brève homélie.


La procession des Rameaux

    • Puis le diacre, ou à défaut le prêtre, donne l’ordre du départ de la procession :

Et maintenant, avançons, comme les foules de Jérusalem heureuses d’acclamer le Messie.



    • On part ensuite en procession vers l’église où la messe sera célébrée.
      En tête, le ministre portant la croix ornée d’un rameau, précédé éventuellement par celui qui porte l’encens, et entouré des porte-flambeaux ; puis viennent les autres ministres, le prêtre et le peuple, portant des rameaux.


    • La procession est accompagnée par des chants adaptés au mystère célébré en ce jour, en particulier des hymnes au Christ Roi.


    • A l’entrée de la procession dans l’église, on chante l’antienne suivante ou tout autre chant semblable :

Antienne (Jn 12,13 ; Mc 11,10)
A l’entrée du Seigneur dans la Ville Sainte,
Les enfants, portant des palmes et des rameaux d’olivier
Annonçaient la résurrection ;
Avec eux, nous chantons :
Hosanna au plus haut des cieux !


Quand le peuple apprit que Jésus arrivait à Jérusalem,
Il sortit à sa rencontre.
Avec eux, nous chantons :
Hosanna au plus haut des cieux !


Là où il n’est pas possible de faire la procession des rameaux : l’Entrée solennelle

    • Si la procession ne peut partir d’un lieu assez distant de l’église, les fidèles se rassemblent, si possible, devant la porte principale, et c’est là que se déroule le rite du rassemblement. Puis on entre en procession dans l’église.


    • Si cette forme restreinte de procession s’avère impossible, les fidèles prennent place comme d’habitude à l’intérieur de l’église, tenant en main leurs rameaux, et ils se tournent vers le fond de l’église. Le prêtre et ses ministres s’y rendent pour y célébrer le rassemblement, avant de se diriger en procession vers le sanctuaire.


La messe de la Passion

    • A la suite du rite des Rameaux, la messe commence directement par la prière d’ouverture.

      En effet :

On omet la préparation pénitentielle et le Kyrie car le rite des Rameaux tient lieu de rite pénitentiel.

On omet également le chant du Gloria, comme tous les dimanches de Carême.



    • La première lecture est un passage du livre d’Isaïe, que l ’on appelle « chant du Serviteur souffrant » (Is 50,4-7) ; il nous fait communier aux sentiments du Christ en sa Passion : souffrance, déréliction humaine, mais certitude du triomphe.

      On chante ou récite le psaume 21.

      La deuxième lecture, tirée de la Lettre aux Philippiens (Ph 2,6-11), est un ancien cantique au Christ Sauveur, dont saint Paul a recueilli le texte dans l’épître : le Fils de Dieu s’est abaissé jusqu’à la mort de la croix ; c’est pourquoi Dieu l’a exalté plus haut que tout .

      L’Evangile proclamé est le récit de la Passion, qui se déroule du dernier repas de Jésus à son ensevelissement. Selon les années A, B ou C, on prend le récit selon St Matthieu, St Marc ou St Luc.

      « Le récit de la Passion se fait avec une particulière solennité. Il est à conseiller de le chanter ou de le proclamer de la manière traditionnelle, c’est-à-dire par trois personnes qui tiennent le rôle du Christ, celui de l’évangéliste et celui de la foule. La Passion doit être proclamée par des diacres, ou à défaut par des prêtres. S’il n’y a ni diacre ni prêtre, elle sera proclamée par des lecteurs, et en ce cas le rôle du Christ doit être réservé au prêtre célébrant. » PS (n°33)

      « La proclamation de la Passion se fait sans luminaire ni encens, sans salutation ni signation du livre ; seuls les diacres viennent demander la bénédiction du prêtre avant de commencer la lecture, comme d’habitude pour l’Evangile. » PS (n°33)

      Après les paroles annonçant la mort du Seigneur – « il rendit l’esprit » ou « il expira », selon l'année - tous se mettent à genoux et l'on s'arrête un moment.


  • Le Credo est récité ou chanté, comme à l’habitude.


Répertoire des chants

    • Le dimanche des Rameaux appartient au « Temps de la Passion » (qui commence avec le 5ème dimanche de Carême) : le répertoire des chants liturgiques correspond à la lettre H.


  • Lors de la procession qui ouvre la messe de la Passion, on peut chanter l’hymne traditionnelle ‘Gloria Laus’, qui rend un hommage solennel au Christ Roi.

    A titre d’exemple, on peut également chanter : Gloire à toi, Jésus Christ (H 39), ou d’autres chants populaires comme Hosanna, la sainte Croix (H 24) ou Victoire, tu régneras (H 32).

    Le Missel romain propose notamment les psaumes 23 et 46 avec leurs antiennes.


Que deviennent les palmes et les rameaux bénis ?

      Après la cérémonie, les fidèles conservent chez eux les rameaux bénis.


« Après la procession, les palmes ou les rameaux, conservés dans les maisons, rappellent aux fidèles la victoire du Christ, qu’ils ont célébrée dans la procession. » PS (n° 29)


La Journée Mondiale de la Jeunesse

    Depuis 1986, le dimanche des Rameaux a été institué par le Pape Jean-Paul II : Journée mondiale de la jeunesse, célébrée dans chaque diocèse.