Homélie : Pour vous, qui suis-Je ?

Cette homélie a été prononcée par le
Père Guy Lecourt, prêtre du diocèse de Versailles

Pour vous, qui suis-je ?

Voilà une question que Jésus pourrait nous poser : qu’allons-nous Lui répondre, que nous soyons un chrétien déclaré de longue date, que nous soyons récemment venus à la foi ou que nous nous posions encore pleins de questions à son sujet.

A cette question, Pierre a répondu en proclamant : « Tu es le Messie ! » Affirmation extraordinaire et vraie. Personne n’avait osé jusque-là dire de Jésus qu’Il était le Messie, l’Envoyé de Dieu, totalement accordé à Lui parce que rempli de son Esprit. [“Messie” vient de l’hébreu “MassiaH” et signifie “Oint” de l’huile qui pénètre la peau pour la protéger ou la guérir. En grec, Messie se dit : “Christos”, Christ.]

Et pourtant, Jésus va défendre à ses disciples de révéler cette bonne nouvelle à quiconque. Pourquoi ?

Parce qu’il ne suffit pas d’affirmer quelque chose : il faut aussi bien la comprendre. Lorsque Jésus annonce “qu’Il va souffrir beaucoup, qu’il sera rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il sera tué et que trois jours après il ressuscitera”, alors Pierre se mettra à lui faire de vifs reproches : ce n’est pas ce destin-là que Pierre avait imaginé pour le Messie. A cette époque, le Messie avait une connotation politique : Il devait être un roi glorieux qui triomphera des ennemis, en particulier de l’occupant romain, et qui rétablira la grandeur de l’ancien royaume de David, manifestant ainsi que Dieu est plus fort que tous. Tel n’est pas le projet de Dieu. Jésus prend un chemin qui renonce à toute forme de violence pour apprendre à l’homme la joie et la force d’aimer, plus fortes que la mort elle-même, puisqu’elles conduisent à la résurrection. Pierre ne comprend pas cela, pas plus que l’expression « ressusciter ». En faisant des reproches à Jésus, il se met littéralement en travers de son chemin et il se fait traiter de “Satan” par Jésus. [“satan” est le mot hébreu qui signifie : “adversaire” “ennemi”, “diabolos” en grec : celui qui se jette “ballo” en travers “dia”, comme la diapositive en travers de la lumière du projecteur].

Et nous ? Que comprenons-nous aujourd’hui de Jésus ? Et que comprennent nos contemporains ? N’est-ce pas bien difficile de suivre ce qu’Il dit et qui va à rebrousse-poil du comportement social actuel ? Renoncer à soi, prendre sa croix, n’est-ce pas carrément masochiste ? “Trop dur ! Laisse tomber !” serions-nous tentés de dire. Sauf… sauf si renoncer à soi signifie cesser de se préoccuper de soi, ne faire aucun cas de soi-même et en même temps savoir que ma vie est infiniment précieuse aux yeux de Dieu. Qu’ai-je besoin de le prouver ? Dieu l’a déjà fait en Jésus qui s’est donné et se donne encore à moi particulièrement dans cette Eucharistie. La raison de ce renoncement, c’est l’entrée dans le service du Christ et la joie d’être avec Lui qui est bon avec tous, attentif, réconfortant, compatissant avec ceux qui souffrent, espérant avec les exclus de tout genre. Mais aussi dénonçant vigoureusement les injustices, démasquant les hypocrisies ; et puis, pardonnant, très à l’écoute de ceux qui viennent le trouver et posant les bonnes questions qui les aideront à changer et se libérer : en somme, « Celui qui est le Chemin et la Vérité et la Vie » (Jn 14, 6)

Alors oui, vivre maintenant avec Lui, apprendre à regarder comme Il a regardé Marie-Madeleine, m’émerveiller comme Lui et louer de ce que son Père fait comprendre les choses aux petits, prendre le tablier de service pour soulager et finalement aimer comme il sait aimer.

Prendre ma croix (pas la sienne qui serait beaucoup trop lourde pour moi) devient accepter mes contraintes quotidiennes, [fatigue des transports, ennuis de santé, exigence du travail, des horaires, des tâches éducatives, des besoins d’argent, des situations de voisinage …] : bref, tous les renoncements imposés par l’existence ou librement choisis, parce qu’en mourant un peu à moi, je donne vie à d’autres : parents, grands-parents, membres du secours catholique ou d’autres associations caritatives, catéchistes, animateurs d’aumônerie, chefs ou cheftaines scouts, animateurs liturgiques et musiciens, sacristains, et tant d’autres, vous pouvez en témoigner !

Pour moi, qui es-tu Seigneur ?

AMEN !

lundi 09 novembre 2009
Père Guy Lecourt

Vivre le Temps ordinaire

Prières

  • Cantique de Syméon
    Par l'Evangile selon Saint Luc

  • Ame du Christ, sanctifie-moi
    Par Saint Ignace de Loyola

  • Prière du soir
    Par Anonyme

  • Prière à Notre-Dame du sacerdoce
    Par la mission thérésienne

  • Offrande de la journée
    Par Guy de Larigaudie

  • Prière pour la paix
    Par Saint François d'Assise

  • Prière avant l'étude
    Par Saint Thomas d'Aquin

  • Prière du matin
    Par Anonyme

  • Mon Père, je m'abandonne à toi
    Par Charles de Foucauld

  • Le jour se lève, ô Père
    Par le Père Charles Delhez

Parmi les chants...

We have more and more non-French speaking visitors on our site. This is why we wanted to offer, as far as our abilities allow us to do so, assistance for all those of you who wish to communicate with us in English, whether regarding our website's support or for questions about the way it works.
Our team of volunteers is still very small, and we will do our best to answer you as quickly as possible ... but we hope for your indulgence if the response time seems a little long !

We hope you enjoy your visit on aiderpretres.fr. God bless you !