Homélie : Avec Jésus vers l'autre rive, dans la foi

Cette homélie a été prononcée par le
Père Guy Lecourt, prêtre du diocèse de Versailles

“ Confiance ! Moi, Je suis ! N’ayez pas peur ”

Le récit de la multiplication des pains et des poissons, qui précède cet Évangile et que nous écoutions dimanche dernier, a été un grand succès et les disciples se disent qu’enfin Jésus va être reconnu comme le Messie attendu. Les foules d’ailleurs, nous fera savoir St Jean (Jn 6,15), cherchaient à l’enlever pour le faire Roi. Ce n’est pas comme cela que Jésus sera roi. Il contraint donc les disciples à embarquer et à le précéder sur l’autre rive. Ayant congédié les foules, il se rendit dans la montagne, à l’écart, pour prier. Cela ne vous fait-il pas penser à quelqu’un, dans la Bible, qui fait de même ? Moïse, après la manne ; Élie, pourchassé par Jézabel, après les sacrifices du Carmel ? Tous veulent rencontrer Dieu, seul, dans le silence de la prière.

Vers la fin de la nuit, les disciples, loin de la terre, rament comme des malheureux, tourmentés par les vagues, car le vent est contraire. Jésus vient vers eux marchant sur la mer. Marcher sur l’eau, c’est évidemment impossible : il y a donc prodige. Mais pourquoi donc Matthieu, comme les autres évangélistes, parlent de ce lac comme d’une mer ? (Il n’a que 13 kms de large sur 20 de long). Parce que dans la Bible, les masses d’eau sont toujours symbole du lieu des puissances de mort, qui veulent engloutir l’homme. Pensez aux eaux primordiales sur lesquelles tournoie l’Esprit de Dieu qui sont néant, d’où Dieu va faire jaillir la terre ; le déluge qui engloutit l’humanité arrivée à un point extrême de violence ; la Mer Rouge, obstacle levé par Dieu pour les hébreux, mais tombeau pour les chars de pharaon ; Jonas englouti par le monstre marin, mais sauvé encore par Dieu, qui lui fait rendre sa proie ; sans compter tous les psaumes, qui évoquent la mer qui submerge l’homme dans sa détresse.

Devant ce qu’ils voient, les disciples n’en croient pas leurs yeux, et ils paniquent devant ce qu’ils pensent être un fantôme, et ils poussent des cris ! Alors, Jésus leur parle : « Confiance ! Moi, Je suis ! N’ayez pas peur ! » Moi, Je suis ! C’est ainsi que Dieu révèle son identité à Moïse. Sur cette Parole, la foi de Pierre s’éveille et il lance un défi à Jésus : « Si toi tu es, (autrement dit, si tu es Dieu) ordonne-moi de venir à toi » - « Viens ! » lui dit Jésus. Et Pierre fait confiance et marche sur les eaux (là il n’est pas dit sur la mer… car Pierre ne domine pas les puissances de mort). Mais, voyant le vent fort… Son regard n’est plus fixé sur Jésus : il perd confiance, il a peur, il coule ! Un cri d’appel : « Seigneur, sauve-moi ! » Jésus étend la main, le saisit et lui dit : « Oligopistè, homme de petite foi (comme les oligoéléments, médicaments de petite quantité que prescrit le médecin), pourquoi as-tu douté ? »

Cet épisode de la vie des Apôtres les prépare au grand passage de Jésus sur l’autre rive : sa Passion, sa mort et sa Résurrection. Leur foi sera malmenée : Pierre osera défendre Jésus à Gethsémani ; il s’engagera à le suivre jusqu’au bout au lavement des pieds ; mais devant la tournure dramatique des évènements, il Le reniera avant le chant du coq ; enfin, il retrouvera son Seigneur ressuscité sur le même rivage de cette mer.

Il est bon pour nous d’évoquer ces scènes car nous sommes bien proches de ce que Pierre et les Apôtres ont vécu. Notre foi n’est jamais acquise : elle vit, se fortifie ou faiblit, traverse des turbulences, comme celle de Pierre, au gré des contrariétés, des épreuves, des obstacles, des rencontres, des événements et des questions qui surgissent sur le chemin de notre vie. Comme Pierre, tantôt nous nous lançons audacieusement vers Dieu, en pleine confiance, marchant sur les puissances de mort qui sont en nous ou autour de nous ; tantôt, nous prenons peur, parce que c’est plus fort que nous, et nous perdons de vue Jésus : nous oublions qu’Il est là, qu’Il est Dieu, qu’Il sauve (c’est son Nom !) ; nous ne prions plus ; nous ne nous raccrochons plus à ses paroles…nous coulons ! Et Il vient nous chercher, nous ressaisit pour que nous nous en sortions et que nous vivions après cette épreuve. Notre foi devra traverser de nombreuses pâques pour que nous arrivions enfin avec Lui sur l’autre rive.

En cette Eucharistie dominicale, nous pouvons prier pour ceux qui sont particulièrement éprouvés et, avec tous les frères et sœurs qui nous entourent, Lui redire notre foi en continuant à Le suivre.

AMEN !

dimanche 07 août 2011
Père Guy Lecourt

Vivre le temps du Carême

Prières

  • Miserere
    Par le Psalmiste

  • Que rien ne me détourne de Toi
    Par le cardinal J. H. Newman

  • Ame du Christ, sanctifie-moi
    Par Saint Ignace de Loyola

  • Quand la nuit est là
    Par le Père Christian de Chergé

  • Pour la Croix glorieuse
    Par Venance Fortunat

  • J'ai soif !
    Par la Bse Mère Teresa

Catéchèses

  • Qu'est-ce que se convertir ?
    Par le Pape émérite Benoit XVI, extraits d'audiences générales

Parmi les chants...

We have more and more non-French speaking visitors on our site. This is why we wanted to offer, as far as our abilities allow us to do so, assistance for all those of you who wish to communicate with us in English, whether regarding our website's support or for questions about the way it works.
Our team of volunteers is still very small, and we will do our best to answer you as quickly as possible ... but we hope for your indulgence if the response time seems a little long !

We hope you enjoy your visit on aiderpretres.fr. God bless you !