Homélie : Quelle image nous faisons-nous de Dieu ?

Cette homélie a été prononcée par le
Père Guy Lecourt, prêtre du diocèse de Versailles

A lire cette parabole au premier degré, ce maître que Jésus présente comme image de Dieu est franchement rebutant ! Immensément riche, dur, autoritaire, sans cœur… bref pas du tout ce que nous essayons d’imaginer du Dieu de Jésus. Alors, pourquoi cette parabole ? Lisons bien la parabole : qui nous fait le portrait détestable de ce maître ? Les deux premiers serviteurs ? Non pas ! Comment eux-mêmes, le laissent-ils entrevoir ? D’abord, ils reçoivent leurs talents comme des dons. Le maître en effet remet au premier cinq talents, au second deux. “Remet”=Donne : (en grec, didomi) le mot désigne le don que l’on fait, dans un héritage par exemple (comme pour l’enfant prodigue : Lc 15, 12). Il donne donc sans intention de reprise. Il lui transmet ainsi les pleins pouvoirs sur ses biens qui ne sont plus les siens. Il fait plus : il est juste, délicat même ! Il respecte chacun en leur donnant à “chacun selon ses capacités”, c’est à dire, selon la force qui est propre à chacun d’accueillir des responsabilités. Puis Il part, longtemps… Là encore, après avoir donné, Il fait confiance, dans une très grande liberté laissée aux serviteurs du fait de son absence.

Aussitôt, celui qui a reçu cinq talents “va œuvrer avec” dit le texte : il les travaille, les transforme, les fait valoir et les deux premiers serviteurs gagnent chacun la somme équivalente à celle que le maître leur avait confiée : cinq pour l’un, deux pour l’autre. La production est bien sûr inégale, mais le comportement est identique. Inégaux dans “l’avoir”, ils sont semblables dans ce qu’ils sont : des créateurs, des “fructifieurs” ! Que pensez-vous de ce maître ? Ne serait-Il pas “Le Créateur”, l’éveilleur en humanité. Ne l’a-t-il pas faite à son image, comme sa ressemblance, donc créatrice ?

Lorsqu’Il vient… (Il n’est pas écrit “lorsqu’Il revient” !) S’Il re-venait, ce serait pour régler ses comptes. S’Il vient, ne serait-ce pas parce qu’Il est intéressé de se rendre compte de ce que ses serviteurs ont fait des talents donnés (Lui qui est immensément riche, avait-t-Il besoin de la plus-value de ses serviteurs ?). L’Évangile invite davantage à assister à un compte-rendu de l’usage que les serviteurs ont fait de leurs dons, plutôt qu’à un règlement de comptes ! D’ailleurs, lisons bien pour nous permettre de mieux comprendre. L’Évangile écrit : “ Celui qui a reçu 5 talents s’approche en apportant cinq autres, disant : ‘Maître, tu m’as remis cinq talents : Vois ! Cinq autres j’ai gagnés !’ - Très bien serviteur bon et fidèle… ” Avez-vous fait attention ? Le serviteur ne présente pas dix talents, mais les cinq qu’il a gagnés, son œuvre à lui, preuve qu’il a bien compris que son maître lui avait donné les cinq premiers talents. Quant au maître, Il peut voir, se rendre compte qu’il a bien placé sa confiance dans ces deux serviteurs. Il peut alors consacrer ces serviteurs, non plus dans ce qu’ils ont ‘en plus’ mais dans ce qu’ils sont devenus, semblables à leur maître, capables de créer, de faire fructifier. Ce maître retrouve des serviteurs à qui Il peut confier beaucoup, qui peuvent entrer dans la joie de leur maître. Et tout cela est bon, comme au temps de la Création où Il avait demandé à l’homme de la faire fructifier.

Tout autre est l’attitude du serviteur qui n’a reçu qu’un talent, lui aussi ‘selon ses capacités’. Il est d’usage de s’apitoyer sur lui, mais regardons bien son comportement. Il n’a pas compris que le Maître lui donnait, comme aux autres, son talent (somme colossale correspondant à 17 ans de salaire !). Se défiant de son maître, (même attitude à l’origine du premier péché, dit “péché originel”, souvent inconscient, inavoué mais caché au fond du cœur de l’homme), il va se fabriquer une idée détestable de ce maître : exigeant, dur et sans appel, un maître qui va revenir demander des comptes. Cette idée va polluer sa pensée, son cœur, son imagination, si bien qu’il sera paralysé et qu’il n’aura même pas l’initiative de déposer son talent à la banque pour le faire fructifier ! Il l’a enfoui, enterré : comportement de mort, comme le regard qu’il porte sur son maître.

La raison de cette parabole ?

Pas seulement de nous faire savoir que Dieu attend que nous fassions fructifier nos talents. Mais aussi et surtout nous interroger sur l’image de Dieu que nous avons dans la tête ? Dans le cœur ? Le voyons-nous comme un personnage, sans état d’âme, qui nous demanderait de faire fructifier ses biens et viendrait régler ses comptes avec nous jusqu’au dernier centime ? Un dieu d’une exigence telle qu’il ne pourrait qu’engendrer l’inquiétude et la peur de ne pas être à la hauteur ?

Ou alors comme quelqu’un qui nous donne de ses biens, à chacun selon nos capacités, sans intention de reprendre, mais en nous faisant confiance, en nous voulant “créateur” comme Lui ?

… Et qui n’attend qu’une chose : nous donner davantage et nous faisant entrer dans sa joie.

Enfin, comment comprendre la phrase finale, un peu énigmatique ?

“ A tout homme qui a, (parce qu’il a fait fructifier le don qui lui est fait, parce qu’il fait confiance à Celui qui lui donne) l’on donnera et il sera dans la surabondance ; mais à celui qui n’a pas (parce qu’il ne croit pas au don et ne fait pas confiance à Celui qui lui donne), même ce qu’il a (le don qui lui a été fait) lui sera retiré ”.

Mais pire, il restera enfermé dans sa défiance et sa pensée mortifère : c’est peut-être cela les “ ténèbres et les grincements de dents ”.

AMEN !

dimanche 13 novembre 2011
Père Guy Lecourt

Vivre le Temps Pascal

Prières

  • Regina Coeli
    Par anonyme

  • Te Deum
    Par Anonyme

Catéchèses

  • Voici l'Agneau de Dieu !
    Par aiderpretres.fr

  • Pourquoi chercher parmi les morts ?
    Par M. Philippe Bonnichon

Parmi les chants...

We have more and more non-French speaking visitors on our site. This is why we wanted to offer, as far as our abilities allow us to do so, assistance for all those of you who wish to communicate with us in English, whether regarding our website's support or for questions about the way it works.
Our team of volunteers is still very small, and we will do our best to answer you as quickly as possible ... but we hope for your indulgence if the response time seems a little long !

We hope you enjoy your visit on aiderpretres.fr. God bless you !