Homélie : A la rencontre d’un Père patient

Cette homélie a été prononcée par le
Père Guy Lecourt, prêtre du diocèse de Versailles

« Toi mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi » Lc 15,31. Cette parole, pleine de tendresse et de générosité du Père, convaincra-t-elle le fils aîné ? Finalement, qu’a-t-il décidé ? Va-t-il rentrer à la maison, se joindre à la fête et se réjouir de retrouver son frère « qui était mort et qui est revenu à la vie » ? Ou bien rester dehors, seul avec son amertume ? Le récit ne le dit pas et Jésus laisse ceux qui l’ont critiqué décider de ce qu’ils vont faire vis-à-vis de Lui. Il est tellement dérangeant par sa miséricorde et son souci de ceux qui sont perdus ! Mais ne révèle-t-Il pas l’amour inconditionnel du Père, cet amour qu’on a tant de mal à comprendre et à imiter tant il ne se vit pas comme un “donnant-donnant”, mais qu’il se donne sans retenue. Ne faudrait-il pas, d’ailleurs, donner au père de ces enfants le surnom de « Père Prodigue » à l’image de Dieu, Père, au lieu de le donner à son fils qui n’est prodigue que parce qu’il disperse les dons reçus de son père ?

C’est justement ce que ne comprend pas le fils aîné. Ne le méprisons pas trop vite car c’est un homme de bien, qui peut dire à son père : « Il y a tant d’année que je suis à ton service, sans avoir jamais désobéi à tes ordres ». Qui peut en dire autant ? Pendant que commence la fête, il est encore au travail ; il est le fidèle, qui ne s’est jamais éloigné de son père. Mais voilà : il peine à découvrir qui est vraiment ce père qui ne s’était jamais vraiment remis du départ de son frère plus jeune. Il pense que l’amour de son père lui est dû : « donnant-donnant » ! Plus encore, replié sur lui-même, il n’a jamais osé lui demander un chevreau pour festoyer avec ses amis. Il ne comprend ni son père, ni même son frère, qui, lui, s’est souvenu de la générosité de son père vis-à-vis de ses ouvriers et a osé, sans doute de façon calculée, revenir vers lui. Finalement, n’est-ce pas le fils aîné et non le fils prodigue qui est en plus grand danger de se perdre ? Il en va ainsi, je crois, de nous-mêmes lorsque trop satisfaits de nous et de nos efforts pour rester fidèles, nous risquons d’oublier la folie de l’amour de Dieu. Il nous presse d’aller vers ceux qui sont perdus, loin de nos communautés familiales, paroissiales, scolaires, sociales ou politiques, parce que bien différents, étrangers à nos manières de faire ou de penser, parfois prisonniers d’eux-mêmes ou des “veaux d’or” qu’ils adorent. (cf. 1ère Lecture de ce dimanche : Ex 32, 7-14).

Le Pape François ne nous invite-t-il pas continuellement à aller vers ceux que nous ne voyons pas dans nos assemblées et qui sont pourtant baptisés ? N’ont-ils pas quelque chose à dire de leur absence ou de leurs manques à l’égard de l’Église, de notre communauté paroissiale ? Ne sont-ils pas en recherche eux-mêmes ? Laissons-nous interroger par ces personnes dont les situations pourraient changer notre regard. N’est-ce pas également la fonction « diaconale », de service de chaque baptisé et que les diacres, par leur présence et leurs ministères mettent en lumière ?

Et puis, Seigneur, fais-nous ressentir, la souffrance de toute séparation, division, rejet au sein de ta maison et dans le monde. La joie dont parle l’évangile pourrait-elle naître sans la totalité rassemblée, l’unité retrouvée ? C’est bien là ton souci Seigneur !

Alors, « tu laisses les quatre-vingt-dix-neuf autres brebis dans le désert pour aller chercher celle qui était perdue, jusqu’à ce que tu la trouves » ! Ça peut durer très longtemps, comme l’attente du père à l’encontre de son fils cadet. Mais au terme, il y a la joie et la fête.

Que le Seigneur que nous célébrons et accueillons en ce Dimanche nous aide tous à être patients comme Il est patient ; à le comprendre et le suivre en demandant à l’Esprit Saint le petit grain de folie de l’Évangile loin de toute sagesse humaine, mesurée et modérée, « car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes » dit St Paul dans sa lettre aux Corinthiens. (1 Co 1,25). Qui sait s’il ne nous permettra pas de retrouver beaucoup de brebis perdues pour sa plus grande joie et la nôtre !

AMEN !

dimanche 15 septembre 2013
Père Guy Lecourt

Vivre le temps du Carême

Prières

  • Miserere
    Par le Psalmiste

  • Que rien ne me détourne de Toi
    Par le cardinal J. H. Newman

  • Ame du Christ, sanctifie-moi
    Par Saint Ignace de Loyola

  • Quand la nuit est là
    Par le Père Christian de Chergé

  • Pour la Croix glorieuse
    Par Venance Fortunat

  • J'ai soif !
    Par la Bse Mère Teresa

Catéchèses

  • Qu'est-ce que se convertir ?
    Par le Pape émérite Benoit XVI, extraits d'audiences générales

Parmi les chants...

We have more and more non-French speaking visitors on our site. This is why we wanted to offer, as far as our abilities allow us to do so, assistance for all those of you who wish to communicate with us in English, whether regarding our website's support or for questions about the way it works.
Our team of volunteers is still very small, and we will do our best to answer you as quickly as possible ... but we hope for your indulgence if the response time seems a little long !

We hope you enjoy your visit on aiderpretres.fr. God bless you !